Taux d'exposition Gamme Dorval Asset Management – 6 avril 2018

« Analyser le Monde, décider des portefeuilles, expliquer ce que nous faisons »
Gustavo Horenstein
Recherche économique et allocation d’actifs. Gérant – Multi-Actifs International Flexible
Le thème de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine est devenu le nouveau « mur d’inquiétude » que les marchés doivent gravir. Les recherches Google sur le terme « Trade war » ont explosé depuis début mars.

 

Donald Trump a fait le premier mouvement avec l’annonce de droits de douane sur 50Md$ de produits chinois. La Chine a répondu par une liste de produits américains pour un montant équivalent comme les règles de l’OMC l’y autorise. Donald Trump a répondu par une nouvelle liste pour 100 Md$ supplémentaires d’importations. Nous sommes dans l’attente de la réponse chinoise. Les négociations n’ont pas officiellement débuté entre les Etats-Unis et la Chine, et chacun essaye de partir de la position la plus avantageuse possible. « L’Art de la Guerre » de Sun Tzu contre « l’Art du Deal » de Trump. « Toute guerre est fondée sur la tromperie » contre « think big ». Dans cette bataille qui débute, il y a une sortie par le bas, mais également une sortie par le haut.

La sortie par le bas, c’est la disruption de la chaine de valeur ajoutée dans la production de biens manufacturiers notamment dans l’électronique et l’informatique. Qu’on ne s’y trompe pas, si l’économie américaine est relativement fermée avec des exportations qui ne représentent que 8% du PIB, Wall Street est très exposé aux marchés internationaux avec plus de 40% des ventes réalisées hors des Etats-Unis. Par ailleurs, si en plus des exportations américaines vers la Chine sont incluses les ventes locales des filiales chinoises des entreprises américaines, le déficit Etats-Unis - Chine disparait presque en totalité. Le coût économique pour « Corporate America » sera sans doute très élevé.

Il y a également une sortie par le haut. Dans le fond, que souhaite l’administration américaine ? Le déficit commercial bilatéral avec la Chine n’est pas une variable qui se commande. En revanche, le degré d’ouverture du marché chinois est un objet de négociation. Or, dans ce domaine, les chinois semblent prêts à des concessions. Si de tout ce processus sort une plus grande ouverture de la Chine, la croissance mondiale ne s’en portera que mieux. L’ironie de l’histoire serait qu’une action politique fondamentalement nationaliste et de repli sur soi se solde par une victoire de la mondialisation.

 

Télécharger la lettre hebdomadaire en version PDF : Taux d'exposition Gamme Dorval Asset Management - 6 Avril 2018

 

Laissez-nous vous offrir une découverte sur-mesure en nous donnant quelques précisions.

Choisissez votre profil