Lettre mensuelle - Octobre 2020

La correction du S&P 500 atteint désormais les -10% (cf. graphique 1). Après la surchauffe de l’été, alimentée par une bulle sur certaines valeurs, ce n’est pas illogique.

MACRO CORNER
Malgré des incertitudes, la reprise mondiale semble sur les rails

 

 

Comme toujours, ce type de mouvement fait peur aux investisseurs qui se demandent si ces mouvements de marchés ne reflètent pas des problèmes plus sérieux. Du point de vue économique, malgré les effets négatifs de la deuxième vague épidémique en Europe et le blocage budgétaire aux Etats-Unis, nous ne pensons pas que ce soit le cas.

Le virus semble à ce stade bien maitrisé en Chine et dans la majeure partie de l’Asie. Il est enfin en recul en Amérique latine. En Occident le taux de mortalité de l’épidémie est de plus en plus faible, ce qui permet une gestion moins disruptive des nouvelles vagues de cas (en attendant un vaccin et/ou un traitement). Portée par les plans de relance, la reprise économique mondiale va se poursuivre au moins jusqu’àla fin de l’année prochaine, et les taux d’intérêt vont rester au plancher pendant de longues années encore. Les membres de la Réserve fédérale américaine n’envisagent pas de hausse des taux d’intérêt avant 2023 et la Banque d’Angleterre prépare les esprits à l’éventualité de taux négatifs. En Europe, certains membres de la BCE commencent à évoquer la possibilité de nouvelles mesures pour contrer les angoisses liées à la deuxième vague de cas de Covid-19.

 

 

Le vent semble avoir clairement tourné en faveur de politiques économiques durablement plus expansionnistes. Même s’il a été retardé, il est très probable qu’un nouveau plan de relance américain voie le jour quel que soit le résultat de l’élection présidentielle. En attendant de nouvelles mesures, les ménages occidentaux ont une épargne considérable à déployer, ce qui va continuer à soutenir les dépenses en biens durables et en équipement de la maison, la construction immobilière, etc. Ainsi, les ventes de maisons neuves ont littéralement explosé aux Etats-Unis cet été, pour rejoindre leur plus haut niveau depuis 2006 (cf. graphique 2), ce qui compense en grande partie les dégâts dans les secteurs du tourisme, de la restauration et des loisirs. Structurellement enfin, un cycle long d’investissement tiré par la transition énergétique et l’accélération numérique (5G) a débuté.

Dans cette optique, et même si la deuxième vague de cas en Europe freine un peu la croissance à très court terme, il ne nous semble pas qu’il faille changer de scénario. Le contexte anxiogène créé par l’épidémie en Europe et par les élections américaines, ainsi que la poursuite possible de dégagements hors de segments de marchés sur-détenus (comme la technologie US) pourraient certes continuer à peser sur les marchés dans les prochaines semaines. Mais les investisseurs ont conscience que les risques pourraient se renverser en faveur des actions et, en particulier, des secteurs les plus cycliques, à l’occasion de l’annonce d’un vaccin ou d’un traitement ou quand le pic épidémique européen sera atteint. Ces deux évènements sont attendus à l’automne.

 

 

MICRO CORNER
Ce que nous cherchons à l’autre bout du monde se trouve parfois très près de chez nous

 

La Suisse dispose a priori de peu d’avantages dans la compétition internationale : pas d’accès à la mer, pas de ressources naturelles particulières, un marché intérieur de petite taille, une monnaie qui s’apprécie dans le temps et rend les exportations plus difficiles. Et pourtant ce petit pays figure parmi les meilleurs de la classe dans la compétition économique mondiale. Son atout principal : une population très éduquée, consciente des enjeux économiques (ils ont même voté récemment contre une 6ème semaine de congés payés pour ne pas handicaper la compétitivité de leur pays !), des entreprises plutôt innovantes et tournées vers le grand export par 

nécessité depuis longtemps. On peut également ajouter une image de qualité méritée et une infrastructure très moderne, comme par exemple son réseau ferroviaire de haut niveau grâce à des investissements massifs et soutenus dans la durée.

Du côté des sociétés elles-mêmes, tous les secteurs d’activité sont représentés avec des géants de classe mondiale dans l’agroalimentaire (Nestlé), la pharmacie (Novartis, Roche), la finance (banques et compagnies d’assurances) et l’industrie, mais aussi un grand nombre d’entreprises de taille modeste. La qualité des dirigeants est également au-dessus de la moyenne européenne. Ces manageurs sont globalement intègres, souvent visionnaires, raisonnent à long terme et respectent leurs salariés et leurs clients.

En termes d’investissement, les années récentes montrent une nette surperformance des actions suisses qui résistent très bien dans les phases de baisse et participent pour une grande partie dans les phases de hausse. Ainsi sur 10 ans, l’indice SMI des grandes valeurs suisses gagne 63% hors dividendes et hors effet devise contre seulement 17% pour l’Euro Stoxx 50 représentatif des grandes sociétés de la zone euro. A ce résultat, il faut ajouter l’appréciation sur longue période du franc suisse par rapport à l’euro (environ 20% sur 10 ans), avec un rôle de valeur refuge intéressant dans les moments de stress extrême comme en 2008 ou lors de la crise du coronavirus cette année.

Ce que nous cherchons à l’autre bout du monde se trouve donc parfois très près de chez nous ! Les actions de nos voisins suisses ont toutes les qualités pour figurer dans un fonds de portefeuille.

CORPO CORNER
Dorval Asset Management obtient le label « Best Workplaces For Women 2020 » - #AgirPourlÉgalité

Pour la première fois en France a été dévoilée une liste inédite : les 17 « best workplaces for women »

 

Certifiée « Great Place to Work » et « Best Workplace France 2020», Dorval Asset Management obtient le label « Best Workplaces For Women 2020 », décerné par le Think Tank « Agir pour l’égalité » porté par le mensuel Marie Claire – dont est membre l’institution « Great Place to Work » – en association avec le Connecting Leaders Club.

Cette première liste française des « Best Workplaces For Women» met en lumière 17 entreprises engagées et performantes en matière d’égalité professionnelle. Ces 17 entreprises, issues du Palmarès Best Workplaces France 2020 des entreprises où il fait bon travailler, font de l’égalité femmes-hommes un levier de diversité et d’inclusion pour améliorer l’expérience de chaque collaboratrice et collaborateur. Dans les organisations labellisées Great Place To Work, 88% des collaboratrices estiment ainsi être traitées équitablement quel que soit leur sexe, contre 63% des salariées françaises en moyenne ; dans les Best Workplaces For Women, ce chiffre s’élève à 93%.

En résumé, plus les organisations sont inclusives, y compris au niveau du top management, meilleure sera la qualité de vie au travail et, plus globalement, la performance économique et financière de l’organisation.

Pour autant, au sein des équipes de Dorval AM, le label « Best Workplaces For Women » est plutôt vu comme la reconnaissance des valeurs profondément ancrées dans la culture de l’entreprise : engagement, liberté d’entreprendre et recherche de la performance sont des moteurs individuels et collectifs, sans distinction de genre mais au bénéfice de toutes et de tous. Dans ces conditions, la mixité, l’équité, l’organisation du temps de travail entre autres, sont autant de dispositions naturelles.

 

 

Une reconnaissance en parfaite cohérence avec l’approche d’Investisseur Responsable de Dorval Asset Management

 

Dorval Asset Management place la « Gouvernance » des entreprises comme pilier central de sa politique d’Investissement Responsable. Dans ce cadre, la diversité et la représentativité des femmes au sein des organisations et des instances de gouvernance sont au cœur de sa grille d’analyse extra-financière et de sa politique d’engagement et de vote. Le label « Best Workplaces For Women » souligne aussi la cohérence entre notre philosophie de gestion et nos pratiques internes, le lien fort et durable que nous revendiquons entre notre approche d’investisseur responsable et la politique de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE).

 

 

Télécharger la lettre mensuelle en version PDF : La lettre mensuelle - Octobre 2020

Laissez-nous vous offrir une découverte sur-mesure en nous donnant quelques précisions.

Choisissez votre profil